L’heure du Bilan

Nous y voilà… La première année s’achève, voilà exactement jour pour jour un an que je suis arrivé en Australie. Je m’apprête à commencer ma deuxième année sur cette terre à l’autre bout du monde, alors je me suis dit qu’il était peut-être temps de faire un bilan sur cette première année.

Aie Aie Aie… par où commencer? C’est pas vraiment évident de résumer une année entière de voyage.
Bon pour débuter, je vous propose un petit récapitulatif rapide de mon voyage. Cette partie, c’est pour les proches un peu éloignés qui fort occupé pour différentes raisons (nouveau née, raison professionnelle, mariage, rupture amoureuse,…) n’ont pas pu régulièrement suivre mon blog. Alors je vous donne encore une chance de vous raccrocher aux wagons !

J’arrive le 14 Mars 2013 à Perth dans le Western Australia avec un copain de France (Nicolas).Perth Nous y resteront un mois le temps d’acheter un véhicule (4×4 toyota LandCruiser/Troopcarrier).4x4 2 4x4 3 4x4 1 Nous commencerons par descendre vers le sud pour atteindre le Cap NaturalisteCap naturaliste (plus au sud de Margaret River) avec des amis. Puis nous remonterons à Perth faire quelques réparations sur le véhicule et partirons vers le Nord. Cette fois, il s’agit de traverser l’intégralité du Western Australia pour rejoindre Darwin. Pendant ce temps nous chercherons en partie du travail sur la route (plutôt un échec malgré quelques petits contrats). Arrivée à Darwin, les circonstances nous amènerons à nous séparer. Je garde le véhicule et Nicolas part en direction de Melbourne. Je trouve rapidement un boulot par le biais d’un amis dans une société de location de Van et voiture aménagés (Travelers Autobarn).Travellers autobarn J’y reste 14 semaines, puis je quitte mon emploi pour en trouver un nouveau en tant que récolteur de mangue (piking mangoes) dans une ferme nommée Acacias Hills Farm (situé à proximité de Berry Springs). Mangoes pikingJ’y reste 6 semaines puis me voilà partis pour la traversé du centre de l’Australie avec 2 amis rencontrés dans cette ferme.Itinéraire? Darwin – Adélaide. Objectifs? Visiter tout les National Parcs présent sur l’itinéraire (et il y en a un paquets!). Dont l’Ayers Rock!Ayers Rock Deux semaines plus tard, nous voilà arrivé sur Adélaide, je reprend ma route seul et passe faire les fêtes de fin d’année dans une famille d’accueil à Adélaide. Ayant besoins de cumuler davantage de jours de travail en ferme pour l’obtention de mon second visa, et n’ayant plus beaucoup de temps pour les réaliser, je me lance dans le Woofing (principe de travail en ferme en échange d’un hébergement et de l’alimentation). Je rencontre ainsi Jérémy avec qui on voyagera pendant 2 mois. Pas vraiment un voyage car nous enchaînons 3 woofings plus ou moins intéressant (mais quand même j’ai pu faire de l’apiculture !!) et enfin nous trouvons un travail en tant que tailleurs de vignes… Nous y sommes encore actuellement et tout cela nous à amené à la frontière du South Australia et du Victoria.Résultat, mes jours de travail en ferme sont acquis et ma deuxième année est validé. Objectifs pour la seconde année? Visiter la côte Est, la Tasmanie et éventuellement en apprendre davantage sur la culture aborigène.

 

Bon, maintenant que l’étape “résumé de voyage” est faite, nous pouvons passer à la prochaine étape. L’Australie c’est quoi??

Une découverte récente :
Un continent découvert officiellement par Jansz, navigateur hollandais, en 1605 qui touchera la pointe Nord. En réalité, c’est la France qui découvrira ce continent pour la première fois, le 6 janvier 1504 par Gonneville, mais manquant de précision géographique il faudra attendre 1772 pour que le navigateur Saint-Allouarn prenne possession de la côte Ouest au nom du roi Louis XV. La première colonie sera implanté au New South Wales (Sydney) le 7 février 1788.

La folie des grandeur :
Une superficie égale à 14 fois celle de la France (soit une superficie supérieur à 7,5 millions de km²!)… Autant vous dire que pour vouloir se perdre il est difficile de trouver mieux! (Mais c’est aussi plus de 40 millions de kangourous pour seulement 22 millions d’habitants…:)Kangourou) Sans vous parler des plus grand écart de températures enregistrées : -23° en 1994 et +53° en 1889. Le saviez-vous?L’Australie dispose de 3000 heures d’ensoleillement annuel! Autant vous dire que pour bronzer il ne manque rien… hormis la couche d’ozone, qui vastement trouée en cette partie de la planète vous offre la plus grande capacité à obtenir un cancer de la peau!Bronzette(Rigolons un peu… :D )

Des paysages fantastiques :

La plus grande barrière de corail au monde soit 2300 km de longueur (pas encore visité mais j’ai la chance d’avoir vu la petite barrière de corail d’Exmouth de 250km de long… :D ). Environ 4000km de désert inhospitalier (Celui là j’ai pu le traverser… ^^). Plus de 500 parc nationaux dont 11 iscrit au patrimoine de l’UNESCO. Ce qui fait pas mal de chose à visiter sans compter que l’on peut y trouver toute la diversité des climats existants (saisons sèche et humide, et les 4 saisons) offrant ainsi la possibilité à tout type de végétation de s’y développer (environs 80% de la faune et flore sont unique au monde).

Bref,… on pourrait en dire plein de choses… C’était la partie “histoire et géographie”, un clin d’oeil à Molf le géographe!

D’après les différents retours que j’ai pu avoir de vous pendant mon voyage, j’en ai retenu que sa vous faisait rêver… (sa fait plaisir) Alors je tenais quand même à préciser que ce n’est pas non plus QUE du bonheur… Et j’en profite donc pour ressortir une belle phrase :

“Mais le voyage c’est ça… Un jour c’est génial et le lendemain c’est la galère!”

Je vous confirme qu’il n’y a jamais de nouvelles “moyennes” c’est toujours l’un des deux extrêmes. Alors s’il est vrai que les bonnes nouvelles font rêver il ne faut pas néanmoins en oublier les mauvaises car c’est aussi celles-ci qui permettent de rendre le voyage enrichissant.

Revenons en aux origines de mon départ en voyage. Peut-être pensez-vous que je suis partis sur un coup de tête, sans même réfléchir aux raisons qui m’ont poussé à partir… et bien non, mon tempérament à être plutôt organisé que l’inverse (parfois même maniaque pour ceux qui me connaisse trop), il m’a fallu beaucoup de raisons afin de me convaincre moi-même à bel et bien vouloir partir aussi loin. Merci beaucoup à ceux qui m’ont aidé à le réaliser aussi bien d’un point de vue administratif que d’un point de vue personnelle (pas besoin de détailler, ils se reconnaitront ^^) !Point par point je commencerais par :

l’envie de vivre un voyage
- m’éloigner de ce (ou ceux) que je connais à savoir mon entourage (famille, amis, réseau professionnel…), la France (sa société, sa culture, son peuple et ses habitudes, son fonctionnement en général, ses paysages,…son fromage et son vin), mon mode de vie (les études, la vie plutôt posée, mon domaine professionnel, mes activités et parfois même la routine).

- apprendre davantage sur soi même, car loin de tout on se révèle parfois des qualités et des défauts qui été bien enfoui… mais surtout on apprend à prendre confiance en soi et en ses capacités personnelles.

- découvrir un milieu inconnu c’est à dire se créer un nouvelle entourage, découvrir un nouveau pays et tout un ensemble d’expériences variées.

L’envie d’apprendre l’anglais :

(donc une seconde langue vivante) m’a bien aidé dans mon envie de partir (après de nombreux échec via le système scolaire).

Et pour finir, ce qui m’a d’ailleurs poussé vers l’Australie… La simple envie de vivre un rêve d’enfant qui était de visiter ce pays (je n’ai aucune idée d’où il provient… ^^).

Ne voulant pas faire un bilan trop long pour ne pas vous perdre en cours de route… mais sa concerne quand même une année entière! Je finirais par les expériences essentielles qui m’ont marqué durant cette année en vous partageant à la fois les points positifs et les points négatifs tout en espérant parfois vous faire sourire !

La vie en véhicule, je pense qu’il s’agit de l’expérience principale de mon voyage qui regroupe ainsi les bonheurs et malheurs suivants :
- se faire réveiller par un ranger à 4 heure du matin et se prendre une amende sans avoir pu dire un mots…
- s’endormir et se réveiller où l’on veut parfois devant les paysages les plus beau du monde! Mais aussi disposer de toutes ses affaires personnelles quelque soit l’endroit où vous êtes.
- voir votre auto-radio s’éteindre en cours de route (dans le désert) et ainsi apprendre que vous ne pourrez plus démarrer si vous vous arrèté (batterie moteur à plat). Cela, un dimanche, en fin de journée, alors que vous arrivez dans la ville la plus cher d’australie (taux horraire du mécanicien à 180 dollars), pour finalement apprendre que c’est l’alternateur qui à rendu l’âme…
- ou encore… voir la totalité de votre liquide de refroidissement se déverser sur le parking du supermarché en revenant des courses. Ormis l’aspect poluant qui vous fait culpabiliser, vous vous demandez quand même comment vous allez pouvoir repartir…
- ou encore et encore… voir votre étrier de frein partir en morceau sur une durt road éloignée de tout réseau téléphonique pour finalement voir votre maison partir sur une remorqueuse… ahah!
- constament devoir prendre sa douche et se rendre aux toilettes dans des sanitaires publiques qui réserve autant de bonnes que de mauvaises surprises tel que : tomber, un jour de pluie tropical, sur un campement improvisé d’aborigènes sans abris dormant aux pieds des douches (qui vous annonce : “No worries mate, take your shower tommorow!”) alors même que vous êtes en pleine sueur de votre journée de travail avoisinant les 45 degrès dans un garage. Ou bien… trouver un shampoing tout neuf qui va vous faire économiser 5 dollars sur vos prochaines courses ! :D
- être heureux de ne pas avoir à connaitre le froid alors même que vous avez choisi de dormir dans un véhicule, loin de toute source d’isolation possible, mais du coup… connaitre l’expérience de trouver le sommeil dans un tas de tôles sous une chaleur de 47° et un taux d’humidité avoisinant les 70% (en ayant quand même la chance d’avoir un petit ventilateur de chevet)…
- ne jamais avoir à payer de loyer, de facture d’eau et d’électricité ou encore de taxe foncière! ;)

Les expériences professionnelles, qui sont facultatives à tout voyage mais qui pour ma part me semble quand même être un tout petit coup de pouces dans un pays ou le pack de bières est à 30 dollars (minimum)…
- travailler dans un verger à ramasser des mangues sous 40 degrès en manches longues et pantalons (pour vous protégez des “dangers du métier”) pendant en moyenne 40 à 45 heures semaines. MAIS, gagner l’équivalent de 2666 euros net en 5 semaines sans être tombé une seule fois dans les “pommes” (eux… les mangues) et s’amuser à faire rattraper un fruit pourri à votre superviseur… ahah!
- travailler en tant qu’assistant de cuisine lors d’un gala privée d’un casino et ainsi pouvoir admirer un feux d’artifice égalant celui de Paris à l’occasion d’un nouvel an. Mais aussi pouvoir y admirer les plus jolies australiennes (celle que vous ne voyez habituellement jamais) dans des tenues (valant, au m² du tissue, un salaire annuelle d’un smicard Français. Et tout cela… en ayant la chance de vivre une expérience professionnelle au coeur de la Chine profonde!
- travailler au milieu d’un bourdonnement incessant d’abeilles alors même que toutes vos années d’études se sont orienté sur les champs du social et du sports… mais ainsi avoir le plaisir de goûter à du miel, du pollen et… de la cire pures! (oui, pour la cire se fut un accident gustatif et je peux vous dire que sa colle aux dents!)Apiculture

Mais aussi… des expériences en tout genres :
- se retrouver nez à nez avec un requin baleine,requin baleine
- voir un serpent attaquer votre voiture,
- faire une soirée “féria de Bayonne” en Australie et finir par un bain de minuit en pleine mer… en apprennant le lendemain qu’il s’agit de la saison des crocodiles et des méduses les plus dangereuses aux mondes !
- voir un echiné, un kangourou, deux requins, un serpent, une émeu et une tortue de mer en l’espace de 12 heures… ce qui est chiant… s’est de trier les photos! :p
- voir des étoiles filantes dans le désert en écoutant le chant des dingoes (clin d’oeil à Morgane).
- apprendre au bout d’un mois que vous buvez de l’eau qui contient des larves de moustique vivantes…
- apprendre que le véhicule que vous conduisez depuis un an dépasse la limite de poid autorisé par votre permis de conduire de 200 kilos…

Et pour conclure je dirais simplement que le plus grand plaisir que j’éprouve dans toute cette aventure et d’avoir tout les jours la liberté de choisir ce que l’on veut faire et où l’on veut aller tout en ayant la chance de pouvoir garder contact avec les personnes qui nous sont chère !

Je n’oublie personne et si vous n’avez pas beaucoup de nouvelles… dites vous bien que vous n’êtes pas les seules et qu’il n’y a aucun privilégié ormis ma mère qui sans ça, pourrait s’inquiété d’apprendre que son fils s’en va visiter un pays d’Affrique en pleine guerre! :p

En espérant que ce bilan vous ai plût et vous ai fait sourire, la version “longue” sera disponible pour les plus curieux dans votre marchant de journaux !

One thought on “L’heure du Bilan

  1. Très bon bilan, j’ai bien kiffé ton article ! Bien écrit, j’ai bien ris en me remémorant tout ça ! De notre coté on continu notre route, nous venons d’arriver à Ushuaia ! Bisous et j’espère à bientôt quelque part par là !

Add Comment Register



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>